Tourisme sexuel: que prévoit le code pénal?

 

Qui sont concernés?

Si Madagascar est connu pour ses magnifiques paysages attirant chaque année des milliers de touristes, une réalité économique désolante incitant majoritairement les femmes, notamment des mineures, est dissimulée derrière les images de cartes postales.

Cette forme de tourisme, incluant des rapports sexuels tarifés et pour laquelle certaines destinations sont malheureusement connues, est sanctionnée par l’article 333 ter du code pénal, qu’il s’agisse de touriste “vazaha” ou “gasy”.

 

Les peines

Selon l’article 335.1 du même code, si le tourisme sexuel est puni d’une peine de 5 à 10 ans d’emprisonnement et d’une amende de 4.000.000 Ar à 20.000.000 Ar, lorsque la victime a moins de 15 ans, l’infraction est punie de travaux forcés à temps.

Peut également être engagée la responsabilité des parents ou autres proches, ainsi que celle des gérants d’établissements ou autres lieux ouverts au public, avec en plus le risque de retrait de licence et de fermeture de l’établissement en question.

Derrière votre article:

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

S'abonner
Notifiez-moi de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pourrez également apprécier

Lalaina Chuk

Révision de la Constitution, la carotte de la décentralisation effective

Il n’y aura donc pas de référendum le 27 mai. Pour autant, la révision constitutionnelle n’est pas écartée pour bien longtemps. Elle reviendra vraisemblablement sur le tapis dès que les sièges de l’Assemblée Nationale trouveront leurs titulaires. Profitons du délai pour analyser ce qu’implique la révision quant au “fitsinjarampahefana tena izy” clamé par les initiateurs du projet.

Loïc H. Kwan

Ce vestige du nazisme dans la loi malgache

Peu de personnes auraient un jour pensé associer des tels mots pour former un tel titre. « Nazisme », « lois » et « malgaches » vont aussi bien ensemble que « bois de rose », « transparence » et « bonne gestion ». Bien que nous pensions être entièrement affranchis des dogmes de cette idéologie dont on ne saurait mesurer la haine, l’on ne s’attendait pas à le voir passer par la porte… par la petite porte.

Lalaina Chuk

La justice malgache selon Doing Business 2016

Le début d’année constitue une période propice à l’introspection. C’est la période des bilans : on fait l’état des lieux, on se félicite de nos réussites et on constate nos petits (et moins petits) ratés. Et puis, pour certains, on se promet de faire mieux et on prend des résolutions qu’on oubliera avant la fin janvier. Une pratique rituelle sympathique qui, au-delà du folklore, amène à une prise de conscience sur les aspects de nos vies qui méritent une attention plus particulière. Cet exercice part, dans un premier temps, d’un bilan.
Cette réflexion liminaire « tarte à la crème », digne d’un atelier sur le développement personnel, étant faite, nous pouvons aller au cœur du sujet : « La justice malgache selon le Doing Business 2016 ».

0
Nous adorerions avoir votre avis sur la publication!x
()
x