Tourisme sexuel: que prévoit le code pénal?

 

Qui sont concernés?

Si Madagascar est connu pour ses magnifiques paysages attirant chaque année des milliers de touristes, une réalité économique désolante incitant majoritairement les femmes, notamment des mineures, est dissimulée derrière les images de cartes postales.

Cette forme de tourisme, incluant des rapports sexuels tarifés et pour laquelle certaines destinations sont malheureusement connues, est sanctionnée par l’article 333 ter du code pénal, qu’il s’agisse de touriste “vazaha” ou “gasy”.

 

Les peines

Selon l’article 335.1 du même code, si le tourisme sexuel est puni d’une peine de 5 à 10 ans d’emprisonnement et d’une amende de 4.000.000 Ar à 20.000.000 Ar, lorsque la victime a moins de 15 ans, l’infraction est punie de travaux forcés à temps.

Peut également être engagée la responsabilité des parents ou autres proches, ainsi que celle des gérants d’établissements ou autres lieux ouverts au public, avec en plus le risque de retrait de licence et de fermeture de l’établissement en question.

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourrez également apprécier

Loïc H. Kwan

Constituer sa société à Madagascar – Préambule

Petit guide à l’endroit des jeunes entrepreneurs malgaches. L’essentiel du droit des sociétés ainsi que des démarches à suivre afin de constituer de A à Z votre société à Madagascar. Première partie : mais … euh …c’est quoi une société d’abord ?

Loïc H. Kwan

Dans la peau d’un juge de la HCC.

Les spéculations sur la décision de la HCC vont bon train et chacun n’hésite pas à donner de son avis sur ce que va faire la HCC. Comme la situation n’est pas prête de s’arrêter et que les discussions enflammées continueront pour un bout de temps encore, je vous propose de vous préparer à abasourdir tous vos amis lors de vos prochains débats, en leur démontrant ce qui sera sous peu votre expertise constitutionnelle

Loïc H. Kwan

Constituer sa société à Madagascar : S comme SARL !

Quatrième article de la série “Constituer sa société à Madagascar”, celui-ci fait également office de dernière mise en bouche avant de rentrer enfin dans la rédaction des documents sociaux et le suivi des formalités. Comme ceux-ci nécessitent une prise de position quant à la forme de la société à constituer, laissez-vous convaincre à la lumière de cet article que la SARL est l’option à considérer.