Droit Foncier: quelles sont les voies de recours ouvertes contre une procédure d’expropriation?

Comme vu précédemment (article de la rédaction sur les droits de la personne expropriée pour cause d’utilité publique), quand l’administration sort les muscles, un chèque et un chaleureux “bouge de là!!”, l’exproprié peut négocier le montant de son indemnisation quitte à ce que la somme soit déterminée par le juge à défaut d’accord.

Par ailleurs, la déclaration d’utilité publique, base de la procédure d’expropriation, peut être contestée devant la juridiction administrative. Elle peut d’abord tomber pour vice de forme: incompétence (ex: décret pris en conseil du gouvernement au lieu du conseil des ministres), non-respect de l’obligation d’information préalable de la population par voie affichage, etc.

Ceci étant, l’intérêt de cette démarche est limité à faire retarder l’échéance, car rien n’empêche l’administration de reprendre la procédure d’expropriation depuis le début en suivant bien, cette fois, le guide “exproprier pour les nuls”.

En revanche, un recours sur le fonda des chances d’enterrer définitivement le projet. Ainsi, la bataille ne vaut d’être menée que si on peut remettre en cause devant le juge, par exemple, la réalité de l’intérêt public du projet envisagé.

De la même manière, l’ordonnance qui prononce l’expropriation peut faire l’objet d’un recours. Dans ce cas, ce ne sont pas l’administration et son action qui sont remises en cause mais le juge et sa décision. Le recours peut être accueilli pour incompétence (en bref, le juge saisi n’est ps le bon), pour excès de pouvoir (part sur sa lancée, le juge ordonne qu’en plus du terrain, ce serait pas mal de ramener un barbeuc pour fêter ça) ou pour vice de forme (par exemple, il ne s’est pas prononcé par voie d’ordonnance).

Derrière votre article:

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

S'abonner
Notifiez-moi de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pourrez également apprécier

Lalaina Chuk

Pgm C/ Ny Havana, une affaire à 5.000.000€ faisant trembler Cachan et Arago

PGM c/ Ny Havana, ou comment un litige devant le TPI de Mahajanga se retrouve devant la CA de Paris (et c’est pas fini). Une affaire entendue par le TPI de Mahajanga opposant l’assureur Ny Havana et son assuré, PGM, une société de droit malgache, qui devient un différend soumis à l’arbitrage CCI entre l’Etat malgache et une société luxembourgeoise en passant par la saisie des foyers de Cachan et d’Arago et d’autres avoirs de l’Etat malgache. Le tout pour une histoire de sommes bien rondelettes mêlant politique, diplomatie, social et, pour notre grand plaisir, Droit.

Lalaina Chuk

Un trop plein d’institutions

Un peu plus de 5 ans après l’adoption de la constitution de la IVeme République par référendum, les institutions prévues par celle-ci se mettent en place petit à petit. Ça a pris du temps mais la machine est en marche et l’Etat Malagasy ressemble de plus en plus au pays voulu par le constituant, du moins en ce qui concerne les institutions à mettre en place.

Loïc H. Kwan

Causeries sur l’accès au droit des justiciables

Le juriste traîne derrière lui une réputation de vautour assoiffé d’argent. Que Nenni ! C’est un métier magnifique où l’on se bat pour la veuve et l’orphelin que l’on soit avocat, conseil, juge, notaire ou huissier. Que les honoraires montent à 8 millions d’ariary pour… QUOI 8 MILLIONS D’ARIARY ???!!!

0
Nous adorerions avoir votre avis sur la publication!x
()
x