Droit Foncier: quelles sont les voies de recours ouvertes contre une procédure d’expropriation?

Comme vu précédemment (article de la rédaction sur les droits de la personne expropriée pour cause d’utilité publique), quand l’administration sort les muscles, un chèque et un chaleureux “bouge de là!!”, l’exproprié peut négocier le montant de son indemnisation quitte à ce que la somme soit déterminée par le juge à défaut d’accord.

Par ailleurs, la déclaration d’utilité publique, base de la procédure d’expropriation, peut être contestée devant la juridiction administrative. Elle peut d’abord tomber pour vice de forme: incompétence (ex: décret pris en conseil du gouvernement au lieu du conseil des ministres), non-respect de l’obligation d’information préalable de la population par voie affichage, etc.

Ceci étant, l’intérêt de cette démarche est limité à faire retarder l’échéance, car rien n’empêche l’administration de reprendre la procédure d’expropriation depuis le début en suivant bien, cette fois, le guide “exproprier pour les nuls”.

En revanche, un recours sur le fonda des chances d’enterrer définitivement le projet. Ainsi, la bataille ne vaut d’être menée que si on peut remettre en cause devant le juge, par exemple, la réalité de l’intérêt public du projet envisagé.

De la même manière, l’ordonnance qui prononce l’expropriation peut faire l’objet d’un recours. Dans ce cas, ce ne sont pas l’administration et son action qui sont remises en cause mais le juge et sa décision. Le recours peut être accueilli pour incompétence (en bref, le juge saisi n’est ps le bon), pour excès de pouvoir (part sur sa lancée, le juge ordonne qu’en plus du terrain, ce serait pas mal de ramener un barbeuc pour fêter ça) ou pour vice de forme (par exemple, il ne s’est pas prononcé par voie d’ordonnance).

Derrière votre article:

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

S'abonner
Notifiez-moi de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pourrez également apprécier

Lalaina Chuk

Communales 2015 : Et la suite ? le Débrief

Le vendredi 31 Juillet 2015, s’est déroulé le dernier rendez-vous du citoyen avec l’urne pour la mise en place de la IVeme République. L’électeur s’est exprimé pour la dernière fois. Il ne sera convoqué aux urnes que pour élire son prochain président. Pour ce qui est des élections régionales et sénatoriales, il a exercé tout le pouvoir qu’il avait en choisissant sa liste lors des communales. Il n’a plus qu’à regarder la réaction en chaîne que son vote aura initiée.

Lalaina Chuk

Etat masochiste, un mal pour un “rien”

Le CETA et le débat qui l’entoure ont mis en avant la question de l’arbitrage d’investissement, procédure permettant aux investisseurs d’attaquer un Etat devant un tribunal arbitral s’ils s’estiment être lésés dans le traitement qui leur est offert. L’afflux d’investissements étrangers est une donne capitale dans le développement économique. Sur le plan juridique, adopte-t-on la bonne stratégie pour attirer les capitaux?

Lalaina Chuk

Régler les litiges plus vite et dans la discrétion : l’arbitrage, une alternative à la justice étatique

À la conclusion d’un bon deal, on songe davantage aux fruits des affaires à venir qu’à l’hypothèse d’un litige dans les rapports futurs. La signature d’un contrat part de la conviction que celui-ci est solide et que le partenaire est fiable. Toutefois, il peut arriver que tout ne marche pas aussi bien que l’on espérait, à tel point qu’on n’a d’autre choix que de traîner son partenaire devant le juge. Mais n’a-t-on vraiment aucune autre option contentieuse ?

0
Nous adorerions avoir votre avis sur la publication!x
()
x