Droit Foncier: quelles sont les voies de recours ouvertes contre une procédure d’expropriation?

Comme vu précédemment (article de la rédaction sur les droits de la personne expropriée pour cause d’utilité publique), quand l’administration sort les muscles, un chèque et un chaleureux “bouge de là!!”, l’exproprié peut négocier le montant de son indemnisation quitte à ce que la somme soit déterminée par le juge à défaut d’accord.

Par ailleurs, la déclaration d’utilité publique, base de la procédure d’expropriation, peut être contestée devant la juridiction administrative. Elle peut d’abord tomber pour vice de forme: incompétence (ex: décret pris en conseil du gouvernement au lieu du conseil des ministres), non-respect de l’obligation d’information préalable de la population par voie affichage, etc.

Ceci étant, l’intérêt de cette démarche est limité à faire retarder l’échéance, car rien n’empêche l’administration de reprendre la procédure d’expropriation depuis le début en suivant bien, cette fois, le guide “exproprier pour les nuls”.

En revanche, un recours sur le fonda des chances d’enterrer définitivement le projet. Ainsi, la bataille ne vaut d’être menée que si on peut remettre en cause devant le juge, par exemple, la réalité de l’intérêt public du projet envisagé.

De la même manière, l’ordonnance qui prononce l’expropriation peut faire l’objet d’un recours. Dans ce cas, ce ne sont pas l’administration et son action qui sont remises en cause mais le juge et sa décision. Le recours peut être accueilli pour incompétence (en bref, le juge saisi n’est ps le bon), pour excès de pouvoir (part sur sa lancée, le juge ordonne qu’en plus du terrain, ce serait pas mal de ramener un barbeuc pour fêter ça) ou pour vice de forme (par exemple, il ne s’est pas prononcé par voie d’ordonnance).

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourrez également apprécier

Loïc H. Kwan

Mode d’emploi de l’étudiant de droit en France – Partie 1 : Les outils du travail juridique.

Très souvent les principales appréhensions des étudiants malgaches désireux de se rendre en France se réduisent aux seules inscriptions universitaires et à la délivrance du visa. Pourtant, telle la carrière après le diplôme, il y a les études après le visa. Comme il serait mal avisé de se jeter dans l’inconnu à l’aveugle, ce billet, petit manuel des études françaises du droit, vous permettra de vous jeter dans l’inconnu en toute conscience.

Loïc H. Kwan

La taxe des chiens

La loi de finances pour 2017 a été votée et les nouvelles taxes qui y sont mentionnées s’appliqueront à partir de cette année. Parmi eux, la taxe sur la protection civile, plus communément connue comme étant la taxe sur les chiens ou encore la taxe sur les armes blanches, fortement critiquée par les cynophiles et les cuisiniers* (*pour plus d’explications, veuillez vous référer à l’article). Pour une fois qu’une loi sur les finances suscite de l’intérêt et non de la somnolence, ne boudons pas notre plaisir et parlons de ce devoir citoyen tant ignoré: l’impôt.