La valeur du consentement des mineurs à l’acte sexuel : un élément à reconsidérer?

Syndromes post-traumatiques, dépression, et blessures physiques,… tels sont, entre autres, les conséquences potentielles sur les victimes d’atteintes sexuelles. La récente mise en lumière de ce type d’infraction est l’occasion de soulever certaines interrogations sur la notion de consentement à l’acte sexuel lorsqu’il s’agit d’enfant.

En droit comparé, deux approches sont observées quant à la valeur du consentement d’un enfant à l’acte sexuel : soit l’enfant peut valablement consentir, et cette attitude peut être prise en compte dans l’appréciation d’une atteinte sexuelle présumée, soit il ne le peut pas.

Dans la première méthode, le consentement de l’enfant est, par exemple, de nature à empêcher la qualification de viol. Ce dernier est défini comme un acte de pénétration sexuelle commis avec violence, menace ou surprise. À titre d’exemple, c’est l’approche adoptée par les droits malgache, espagnol et français.

En revanche, selon la seconde démarche, tout acte sexuel sur un mineur constitue une atteinte sexuelle répréhensible peu importe si la victime a consenti ou non. C’est l’approche adoptée par les législations, notamment, du Canada et du Royaume-Uni. Cette approche se fonde sur l’idée que la maturité psychologique du mineur ne lui permet pas de consentir valablement à un quelconque acte sexuel.

À Madagascar, le viol commis sur un mineur de moins de 15 ans est puni d’emprisonnement de 5 à 20 ans, ou à perpétuité lorsque l’auteur est un ascendant de la victime.

Derrière votre article:

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

S'abonner
Notifiez-moi de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pourrez également apprécier

Lalaina Chuk

Communales 2015 : Et la suite ? le Débrief

Le vendredi 31 Juillet 2015, s’est déroulé le dernier rendez-vous du citoyen avec l’urne pour la mise en place de la IVeme République. L’électeur s’est exprimé pour la dernière fois. Il ne sera convoqué aux urnes que pour élire son prochain président. Pour ce qui est des élections régionales et sénatoriales, il a exercé tout le pouvoir qu’il avait en choisissant sa liste lors des communales. Il n’a plus qu’à regarder la réaction en chaîne que son vote aura initiée.

Loïc H. Kwan

Se débarrasser légalement d’un Président de la République : mode d’emploi.

Le pays a été le théâtre ces derniers jours d’évènements politiques qui, à juste titre, ravivent des peurs et des tensions à peines oubliées de la mémoire collective. L’Assemblée Nationale vote pour la déchéance du Président de la République ! Throwback sur ces derniers jours, avec le point de vue juridique qui manque parfois au débat.

Lalaina Chuk

Pourquoi la crise de 2009 était la bonne?

Je m’aventure aux limites de ma zone de confort qu’est le Droit, pour m’intéresser le temps d’un article à l’objet de cette discipline : la société. Ce sera l’occasion pour moi de partager avec vous mon optimisme concernant l’avenir du pays. N’y voyez en aucune manière une quelconque confiance envers nos actuels dirigeants quant à leur compétence ou leur probité, là n’est pas le sujet. Je vous parle de contexte social et d’environnement politique.

0
Nous adorerions avoir votre avis sur la publication!x
()
x