La valeur du consentement des mineurs à l’acte sexuel : un élément à reconsidérer?

Syndromes post-traumatiques, dépression, et blessures physiques,… tels sont, entre autres, les conséquences potentielles sur les victimes d’atteintes sexuelles. La récente mise en lumière de ce type d’infraction est l’occasion de soulever certaines interrogations sur la notion de consentement à l’acte sexuel lorsqu’il s’agit d’enfant.

En droit comparé, deux approches sont observées quant à la valeur du consentement d’un enfant à l’acte sexuel : soit l’enfant peut valablement consentir, et cette attitude peut être prise en compte dans l’appréciation d’une atteinte sexuelle présumée, soit il ne le peut pas.

Dans la première méthode, le consentement de l’enfant est, par exemple, de nature à empêcher la qualification de viol. Ce dernier est défini comme un acte de pénétration sexuelle commis avec violence, menace ou surprise. À titre d’exemple, c’est l’approche adoptée par les droits malgache, espagnol et français.

En revanche, selon la seconde démarche, tout acte sexuel sur un mineur constitue une atteinte sexuelle répréhensible peu importe si la victime a consenti ou non. C’est l’approche adoptée par les législations, notamment, du Canada et du Royaume-Uni. Cette approche se fonde sur l’idée que la maturité psychologique du mineur ne lui permet pas de consentir valablement à un quelconque acte sexuel.

À Madagascar, le viol commis sur un mineur de moins de 15 ans est puni d’emprisonnement de 5 à 20 ans, ou à perpétuité lorsque l’auteur est un ascendant de la victime.

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourrez également apprécier

Loïc H. Kwan

Le rejet de la requête afin de déchéance du Prezy, décision politique ou juridique ?

La HCC a rendu son verdict cinglant ! Bien que la partie perdante – ahem *députés* cough cough – soit obligée de se soumettre à la décision de l’exceptionnellement plus haute, et seule, juridiction de Madagascar en matière de déchéance présidentielle, celle-ci étant de surcroît la gardienne attitrée de la Constitution, cela n’a pas empêché quelques uns de nos vaillants députés de crier à la violation de l’Etat de droit et à la manipulation du droit pour des agissements bassement politiques. Y-a-t-il eu des motifs autres que juridiques dans la décision n° 24 HCC/D3 ?

Le dernier rempart de la démocratie

Panique au sujet de l’adoption éventuelle du Code de la communication par l’Assemblée Nationale. La démocratie malgache déjà bien fragile se meurt. Une seule personne pourra la sauver des griffes parlementaires maintenant… un survivant… un dernier espoir : la HCC.

Loïc H. Kwan

USA! USA!

Les élections de 2016 pour la présidence américaine ont commencé il y a quelques jours. Et face au dilemme Hillary – Trump, on entend de plus en plus de gens, déconcertés, se dire: « mais ils n’ont qu’à choisir un autre candidat bon sang ! ». Mais la réalité est-elle si simple? Est-elle vraiment si simple?