Ny lanjan’ny faneken’ny ankizy amin’ny firaisana ara-nofo: singa tokony haverina ho dinihina ve?

Fahavoazana ara-tsaina, ara-batana sy ratra isan-karazany,… izany no mety ho fiantraikan’ny fihetsika mamoafady zakain’ireo tratrany. Ny zava-niseho tatoato momban’io karazana fandikan-dalàna anankiray io no nampametraka fanontaniana momban’ny faneken’ny ankizy amin’ny firaisana ara-nofo.

Raha ampitahaina ny lalàna misy maneran-tany, dia misy karazany roa ny fomba fijery an’io fanekena io: na afaka manaiky an-tsitrapo ilay ankizy, ka hisy lanjany amin’ny fanapahan-kevitry ny mpitsara, na tsy afaka.

Etsy andaniny, raha misy ilay fanekena, tsy ho raisina ho fanolanana izany. Raha tsiahivina manko, ity farany dia voafaritra ho fanatsofohana ara-pananahana ampian’ny herisetra, ny fandrahonana na ny tsy ampoizina. Ity fomba fihevitra ity no noraisin’ny lalàna malagasy, espaniola ary frantsay.

Etsy ankilany nefa, ny fihetsika mamoafady atao amin’ny ankizy dia voasazy ninoninona fanekena mety nataony. Ny lalàna kanadianina na anglisy ohatra dia mirona amin’io fihevitra io. Arak’izany, ny fahamatorana ara-tsain’ilay ankizy no tsy ahafahany manaiky ny firaisana ara-nofo amin’ny fomba manan-kery.

Tsara ho fantatra fa eto Madagasikara, ny sazy aterakin’ny fanolanana ankizy latsakin’ny  15 taona dia sazy anterivonozona mandritran’ny fe-potoana ( 5 ka hatramin’ny 20 taona), ary mandrapahafaty raha toa ka firaisana amin’olom-pady no mitranga.

 

Derrière votre article:

Partager :

Facebook
Twitter
Email

Commentaires

S'abonner
Notifiez-moi de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Vous pourrez également apprécier

Lalaina Chuk

Régler les litiges plus vite et dans la discrétion : l’arbitrage, une alternative à la justice étatique

À la conclusion d’un bon deal, on songe davantage aux fruits des affaires à venir qu’à l’hypothèse d’un litige dans les rapports futurs. La signature d’un contrat part de la conviction que celui-ci est solide et que le partenaire est fiable. Toutefois, il peut arriver que tout ne marche pas aussi bien que l’on espérait, à tel point qu’on n’a d’autre choix que de traîner son partenaire devant le juge. Mais n’a-t-on vraiment aucune autre option contentieuse ?

Lalaina Chuk

La Constitution de la IVe République à l’épreuve des premières mandatures

La démission du Président de la République relève d’un mécanisme constitutionnel qui s’impose au président-candidat. Cette exigence vise à installer les conditions d’une nécessaire neutralité de l’administration au cours de la période électorale. Cela achève une phase à l’issue de laquelle il semble opportun de revenir sur les premières années de cette Constitution invoquée à maintes reprises.

Lalaina Chuk

Un trop plein d’institutions

Un peu plus de 5 ans après l’adoption de la constitution de la IVeme République par référendum, les institutions prévues par celle-ci se mettent en place petit à petit. Ça a pris du temps mais la machine est en marche et l’Etat Malagasy ressemble de plus en plus au pays voulu par le constituant, du moins en ce qui concerne les institutions à mettre en place.

0
Nous adorerions avoir votre avis sur la publication!x
()
x